La première des libertés est la liberté de tout dire.

SOMMAIRE

Des citoyens qui donnent des leçons aux corrompus

 Des citoyens qui donnent des leçons aux corrompus









Aninoasa… Trop belle et honnête!


  Qui en aurait douté ? Malgré le très mauvais exemple venu d’en haut et leurs difficultés dans la vie quotidienne, les Roumains sont d’une honnêteté foncière. Début avril, dans la même semaine, les médias ont rapporté trois évènements particulièrement éloquents.
  Une jeune fille de 22 ans, d’Aninoasa a ramené à la police locale de Petrosani, dans la vallée des mineurs, la somme de 12 000 euros que la caissière d’un bureau de change lui avait remise, alors qu’elle ne devait en recevoir que 1200, ne conservant que l’argent dû. Elle ne s’était rendu compte de l’erreur que, lorsque retournée chez elle, elle avait compté ses billets avec son copain.
   Le même jour, Cristian, 42 ans, un chauffeur de taxi d’Uber, originaire de Ploiesti, prenait en charge un client à l’aéroport de Bucarest pour une très courte course de 3 kilomètres qui lui rapportait 2 euros et repartait aussitôt. Moins d’une heure après il recevait un coup de téléphone de sa centrale, lui indiquant qu’un de ses passagers, affolé, venait de signaler qu’il pensait avoir laissé tomber son portefeuille, contenant environ 10 000 euros. Cristian, qui avait pris trois autres clients depuis, s’arrêtait immédiatement et le retrouvait glissé sous un siège, avec la somme intégrale. Il prévenait aussitôt son passager étourdi et lui rapportait son bien à domicile, dans la foulée.
   Plus saisissant encore est le cas d’une jeune femme tsigane qui a trouvé un portefeuille contenant l’équivalent de 1300 euros devant la cathédrale d’Arad, ainsi que des papiers d’identité, qui avait glissé de la poche de son propriétaire.
   Elle est allée le porter immédiatement à la police, laquelle a alerté tout de suite l’intéressé. Celui-ci, soulagé, a voulu la récompenser… mais C.B. (elle voulait garder l’anonymat), a refusé, préférant qu’il donne une petite somme à l’orphelinat pour rendre plus joyeuses les fêtes de Pâques des enfants. …
   Voici quatre ans, Henri Gillet qui suivait le tour de Roumanie cycliste, quittait la course, prenant une autre direction qu’il rejoignait en auto-stop. Son conducteur, un automobiliste d’une soixantaine d’années le déposait à son hôtel. Quelques instants plus tard, notre journaliste, embarrassé par tous ses bagages, se rendait compte qu’il avait égaré le plus précieux, contenant tous son argent (3000 euros), ses papiers, sa carte bleue, son billet d’avion retour. Dans l’affolement, incapable de se remémorer avec précision la scène où cela avait pu se passer pour commencer des recherches, il interrogeait la réception de l’Hôtel pour lui demander conseil. Celle-ci prit un air mi navré, mi-rieur : «Vous savez, on est en Roumanie, ne vous faites pas d’illusions… c’est tout bénéfice pour celui qui aura mis la main dessus».
   Il ne lui restait plus qu’à s’arracher les cheveux… quand, sur le seuil de l’entrée, il vit réapparaître son chauffeur qui s’empressa de lui remettre son bien, s’excusant en outre de ne pas avoir fait attention quand il était descendu de son véhicule, puis disparaissant aussi vite, refusant même une invitation à dîner (une compensation aurait été déplacée).
   Pas étonnant, devant tous ces témoignages, que l’on ait vu des centaines de milliers de Roumains descendent dans la rue, ces derniers mois, pour stipendier ces voyous qui leur font honte et prétendent les représenter.

Les articles les plus lus

Tous droits réservés