La première des libertés est la liberté de tout dire.

SOMMAIRE

Rendez-vous avec la France

Rendez-vous avec la France
    Il fallait s'y attendre. Le bouc émissaire du trafic européen de viande chevaline ne pouvait être que la Roumanie. Dès lors que son nom avait été avancé, sa mauvaise réputation en faisait un coupable idéal, permettant à toute la chaine d'escroquerie de l'agro-alimentaire de se dédouaner.
    Les xénophobes d'Outre-Manche n'en demandaient pas tant, ravis que cette histoire apporte de l'eau à leur moulin. "Une fois de plus, c'est de la faute des Roumains, c'est d'eux que viennent tous les maux du Royaume Uni" s'est exclamé un député conservateur britannique, rejoint par quelques voix sur le continent, soutenant que "ce pays n'aurait jamais dû être accepté dans l'UE".
    Et România libera, fataliste, de conclure : "L'ironie, et la tristesse, de cette histoire, c'est que même s'il s'avère que personne en Roumanie n'a commis de faute dans ce scandale, cela passera inaperçu. Alors que tout le monde s'est habitué à nous voir mentir et tricher, le fait que, pour une fois nous soyons accusés à tort, n'a aucune importance". Même innocente, la Roumanie paie ainsi l'image déplorable qu'elle s'est façonnée… et malheureusement souvent justifiée.
    Pourtant, il existe une autre Roumanie, qui nous réjouit. Celle que la France s'apprête à fêter fin mars au Palais des Expositions de Paris. Elle y sera l'invitée d'honneur du 23ème Salon du Livre, la plus grande manifestation mondiale dans le domaine, où le pavillon central lui est réservé. Une trentaine d'écrivains traduits en français, parmi les noms les plus prestigieux de la littérature roumaine d'aujourd'hui, y sont conviés. Ils seront accompagnés d'autant de confrères de renom, mais qui n'ont pas encore trouvé d'éditeurs dans l'Hexagone, ainsi que par de nombreux artistes, intellectuels. En fait, c'est toute l'élite culturelle roumaine qui se donne rendez-vous dans la Ville Lumière pour des retrouvailles exceptionnelles avec la culture française. Une première que l'on est sans-doute pas près de revoir.
   Le Petit Paris rend visite à sa grande soeur latine, laquelle lui rend hommage. Comment oublier les Cioran, Ionesco, Eliade, Istrati, Enescu, Brancusi et bien d'autres, dont les noms ont contribué à la gloire littéraire ou artistique de la France des XIXème et XXème siècle… Mais aussi autant d'ombres tutélaires qui planeront sur ces nouveaux ambassadeurs de la Roumanie, leur faisant obligation de se montrer à la hauteur. Beaucoup ont déjà fait leurs preuves, acquérant une notoriété internationale. La jeune génération de cinéastes roumains est même devenue une référence mondiale. Un défi particulier les attend cependant à Paris. Ce n'est pas seulement la Roumanie qui sera sous les projecteurs du Palais des Expositions mais, à travers ses hommes de lettres et de culture, ses artistes, la Francophonie !

                                                                                               Henri Gillet

Les articles les plus lus

Tous droits réservés