La première des libertés est la liberté de tout dire.

SOMMAIRE

Une trop rare hirondelle

Une trop rare hirondelle
  Que reste-t-il de "nos 20 ans"… de ces beaux jours de 1990, annonciateurs du printemps de l'Europe ? Le Vieux continent était enfin réuni. Il se promettait de construire un toit commun. L'avenir radieux promis aux peuples de l'Est depuis des décennies par les dictatures communistes, n'était plus une formule creuse, mais devenait l'espoir de toute une génération.
  Oui… que reste-t-il de nos amours ? Les pays les plus émancipés des nouveaux venus d'alors, les plus frondeurs, accueillis à bras ouverts dans la grande famille européenne qui voyait le jour... non seulement font aujourd'hui bande à part, mais jettent par-dessus bord les principes élémentaires censés nous réunir. Trois petits tours et puis s'en vont… Après avoir au passage encaissé le gros chèque qui leur a permis de sortir la tête de l'eau et leur donne aujourd'hui les moyens de leur arrogance.
 ... Oublieux des bienfaits de la solidarité européenne, à laquelle ils doivent leur reconstruction, et qu'ils rejettent quand il leur ait demandé de partager - très modestement - la prise en charge des réfugiés venus d'Orient. On prend, mais on ne donne pas ! Une conception bien éloignée du grand rêve des pères fondateurs de l'Europe, mais révélatrice de ses dérives quand on prend le risque de s'éloigner de ses valeurs.
  La Hongrie et la Pologne s'enfoncent dans ce qu'un affreux barbarisme a baptisé "démocrature" - no man's land entre démocratie et dictature - alors que l'ancienne Tchécoslovaquie se réfugie derrière ses œillères égoïstes. La situation à l'est du continent n'a non plus rien de vraiment réjouissante: à l'image de la Grèce, les Balkans sont mal en point, la Bulgarie à la traîne, la Moldavie et l'Ukraine menacées d'explosion, alors qu'à leurs frontières veillent les ombres inquiétantes de Poutine et Erdogan. Une trop rare hirondelle permet cependant de ne pas totalement désespérer, rappelant que l’Europe n'appartient pas qu'au domaine des illusions. Qui l’aurait imaginé ? Elle vient de Roumanie, le pays longtemps le plus décrié du continent, dont on regarde presque avec effroi le parcours chaotique de ces 25 dernières années.
  En accumulant déboires, malheurs et frustrations, la Roumanie s'enfonçait inéluctablement dans une spirale de l'échec. C'était sous-estimer le vent de liberté et de modernisme y soufflant d'Europe, où s'est forgé l'esprit d'une société civile, apporté aussi bien par les jeunes et les travailleurs émigrés de retour, que par ceux qui avaient choisi de rester sur place, mais tous impatients de vivre enfin dans un pays normal.
  Il a suffi d'une catastrophe - la tragédie de la discothèque Colectiv et de sa soixantaine de jeunes victimes - pour que le couvercle de la marmite d’une vieille société complètement dépassée, explose, emportant avec elle ses débris. Une hirondelle venue de Roumanie... Puisse-t-elle annoncer un nouveau printemps pour l’Europe !

                                                                   Henri Gillet

Les articles les plus lus

Tous droits réservés