La première des libertés est la liberté de tout dire.

SOMMAIRE

Veolia au centre d’un énorme scandale à Bucarest

Veolia au centre d’un énorme scandale à Bucarest









  Maigre consolation pour les Bucarestois… Ce n’est pas leur eau qui était salée, mais l’augmentation de leurs factures!


  Le groupe Veolia, en charge du service d’eau et d’assainissement de Bucarest, se retrouve au cœur d’une affaire de corruption de grande ampleur. Des dirigeants de la filiale locale de Veolia, Apa Nova, sont accusés d’avoir versés des pots-de-vin en échange d’une augmentation du prix de l’eau acquitté par les habitants de Bucarest, avec pour résultat une envolée des bénéfices de l’entreprise française. Selon le site Romania Insider, qui résume l’affaire en anglais, la DNA, l’agence anti-corruption roumaine a effectué des perquisitions et des arrestations ciblant plusieurs personnalités liées à la municipalité de Bucarest ainsi que la filiale de Veolia en Roumanie, Apa Nova. En cause, le versement allégué de pots-de-vin - d’une valeur estimée à plus de 12 millions d’euros par les enquêteurs - par des cadres d’Apa Nova, en vue d’obtenir une augmentation du prix de l’eau. Selon la multinationale française, celle-ci était justifiée par les importants travaux de rénovation entrepris sur le réseau.
   Deux personnalités françaises de premier plan en Roumanie, qui ont occupé les fonctions de directeurs d’Apa Nova dans ce pays, Bruno Roche et son successeur, Laurent Lalague, sont directement mises en cause dans ce scandale, en tant que corrupteurs, par la DNA. Ses procureurs les ont placées sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter la Roumanie pendant 60 jours. Ils affirment que les deux hommes étaient titulaires de comptes secrets destinés à brouiller les pistes des versements effectués.

             + 125 % sur le prix de l’eau depuis 2008

   Veolia détient le contrat de gestion du service d’eau et d’assainissement de Bucarest depuis 2000 et pour 25 ans. Selon Euractiv, le prix de l’eau aurait augmenté de 125% dans la capitale roumaine depuis 2008. Les bénéfices réalisés par Veolia sur ce contrat sont eux aussi en augmentation continue. Les enquêteurs de l’agence anti-corruption évoquent aussi l’existence d’un système d’espionnage au sein même de la filiale de Veolia. D’anciens agents des services secrets auraient été chargés de s’assurer que les employés d’Apa Nova ne révéleraient pas l’existence des pratiques frauduleuses. L’emploi de mots comme «mita» ou «spaga» (bakchich) était interdit au téléphone afin de ne pas éveiller les soupçons.

              Un personnage incontournable

  Personnage incontournable et influent de l’establishment français en Roumanie, Bruno Roche, 49 ans, a été le président de la chambre de commerce et d’industrie franco-roumaine. Directeur d’Apa Nova Ploiesti, dans un premier temps, il avait pris les commandes de l’agence de Bucarest de 2008 à 2013 et était toujours membre de son conseil d’administration, tout en dirigeant la représentation de Veolia-Bulgarie. En février 2011, le Français avait reçu les insignes de chevalier de l’Ordre National du Mérite, des mains de l’ambassadeur de France d’alors, Henri Paul, en présence du maire de Bucarest… Sorin Oprescu. Il est à noter que le portrait que lui consacrait une page du site de l’ambassade de France en Roumanie a été retiré dernièrement… remplacé par la mention «Erreur».

Les articles les plus lus

Tous droits réservés